Travel packages in Iquitos - Le port fluvial le plus important au Pérou

Ville Iquitos

Géographie, superficie et population

Le département de Loreto se situe dans la forêt nord du pays. Il est délimitéau nord par la Colombie et l’Équateur, au sud par l’Ucayali, àl’est par le Brazil et àl’ouest par l’amazonie et San Martín.

Il couvre 30% du territoire national et on le considère comme le plus septentrional du Pérou. Son territoire comprend une partie de forêt haute et forêt basse. Son climat est chaud et humide avec une température moyenne de 17º à 20º durant les mois de juin et juillet et un maximum de 36º durant les mois de décembre à mars. Malgré que le climat soit chaud durant ces mois, on considère cette époque de l’année comme étant l’hiver. L’humidité moyenne est de 84% avec de fortes pluies tout le temps.

Il a une superficie de 348,177 kilomètres carrés et une population qui dépasse les 650 mille habitants.

Sa capitale est Iquitos et les autres villes d’importances sont Requena, Contamana, et Nauta.

Bref résuméhistorique :

Les premiers habitants de la région furent regroupés en petites tribus qui se rependirent de manière très primitive sur les versants orientaux des Andes. Beaucoup d’entre eux se déplacèrent vers les vallées de Purús, Turúa et Yaraví, recevant des noms différents de leurs racines originales, ils étaient constitués de petits clans familiaux, portant le nom de leur chef respectif. On peut évaluer que seulement durant la période coloniale, on réussit à détecter la présence de jusqu’à 800 groupes différents.

Il est difficile de préciser la quantitéd’habitants existant quand arrivèrent les premiers explorateurs et missionnaires, malgré tout les chiffres de chroniqueurs indiquent que seulement durant le premier siècle baptisèrent à plus de 100 000 natifs. Cela laisse évaluer que lors de l’arrivée des espagnols la population indigène avoisinait les 300 000 personnes mais que plus tard ils se virent affectés et décimés par les maladies apportées par les espagnols. Parmi les principales causes de cette extermination figurent la variole, la difthérie, la malaria et la fièvre jaune.

Ce fut le 12 février 1542 que le conquistador espagnol Francisco de Orellana découvre le fleuve Amazone, plusieurs mois après commencéune mission, dont le point de départ avait étéla montagne du Pérou.

Bien que la colonisation avait commencé plusieurs décennies plus tôt, la ville d’Iquitos fut fondée en 1864, dû que le site est favorisé entre la rivière Nanay et la partie gauche du fleuve Amazone, il devient le point obligatoire pour des départs vers d’autres régions.

Durant toutes ces années, les jésuites et les franciscains réalisent son évangélisation et fondent plusieurs villages, contribuant à ouvrir des chemins et à raccourcir les distances entre les tribus et les différents secteurs de la région.

Les missions disparaissent durant la période d’obscurantisme qui assombrit tout le XIX siècle, ce fut malgré tout pendant cette période que fut mis en place une nouvelle politique, la navigation à vapeur, et l’émigration des étrangers.

L’age d’or de Loreto commence àla fin du XIX siècle avec la fièvre du caoutchouc. Comme la région est riche dans cette variété d’arbres et que son prix grimpait en flèche, la région se convertit en centre de toutes les convoitises. Cette période qui dura 25 ans permit un gigantesque développement.

Principaux centres d’intérêts de la capitale :

la lagune de Moronacocha, qui possèdent dans ses eaux de nombreux élevages de poisson. Affluents du fleuve Amazone, Itaya, Yarapa y Manatí, dans lesquels ont étéconstruit des séries de gites.

Résidences du siècle passé, somptueuses et belles, qui transmettent la splendeur de la fièvre du caoutchouc. La majorité sont situées face au « malecón ». On peut voir la première maison préfabriquée du continent américain. La « maison de fer », dessinée et construite par Gustave Eiffel et amenée depuis l’Europe pièce par pièce (écrous et visses inclus) et assemblée sur place dans le centre de la ville.

Le quartier de Belen, surnommé “la Venise de la forêt” est situé en plein centre ville, il est édifié sur les eaux du fleuve Amazone et on peut seulement s’y déplacer en barque ou en nageant.

Principaux sites d’intérêt aux alentours de la ville :

Service de croisières. Des bateaux offrent des services de croisières. Des bateaux offrent la possibilité de parcourir le fleuve Amazone durant une semaine. Avec ce bateau on peut visiter à Leticia en Colombie y Tabatinga au Brésil; ce tour inclus des promenades dans la forêt, des visites dans des villages natifs, des expéditions nocturnes et de pêche.

Écotourisme, la Amazone est la plus grande réserve de vie naturelle du monde. Elle est classifiée avec plus de 25000 espèces de plantes, plus de 4000 espèces de papillons et 2000 espèces de poissons. C’est une grande opportunité pour pratiquer cette forme de tourisme.

Faire du camping sur le fleuve Sucusari, est considéré comme l’une des attractions plus importantes activités d’écotourisme du monde, compte tenu que ce site possède la première desserte aérienne du continent américain. Il permet d’apprécier depuis une position privilégiée l’abondante faune et flore, un pont suspendu de 200 mètres de long, fabriqué en maille d’acier et placé à 30 mètres de hauteur.

La réserve nationale de Pacaya-Samiria possède une extension de 21000 km2. C’est la plus grande réserve naturelle du Pérou. Elle fut crée pour préserver la faune et la flore toute particulière de l’immense forêt basse inondable. L’accès et les visites guidées peuvent être réalisée en partant de l’auberge de forêt à 4 heures en bateau plat.

Plats et boissons typiques.

Dûàl’affluence de visiteurs, la nourriture typique est similaire à celle d’autres lieux d’Amazonie. Il n’est donc pas rare que la soupe de motelo (tortue) ou les juanes (sortes de tamales de riz avec de la poule ou du poisson) soient considérés comme des plats typiques. Malgré tout, il faut voir que les marchés locaux offrent des fritures ou des barbecues de viandes de singes ou de lézards, qui selon ses habitants sont délicieuses.

Les autres plats habituels sont la cesina, el tacacho, la ensalada de chonta et la palometa.

Pour boire, on trouve le masato, jus de fruits naturels comme l’aguaje, le maracuja, la coco et pour se rafraichir la glace de aguaje.