Travel packages in Trujillo - Ville du printemps éternel

Ville Trujillo

Géographie, superficie et population :

Trujillo, la ville du printemps éternel. Située dans la partie nord ouest du Pérou, c’est la capitale du département de “La Libertad”. Trujillo est située à proximité des côtes de l’océan Pacifique dans une région désertique. Fondée en 1534 par Miguel de Estete et fortifiée pour éviter les attaques des pirates. Elle fut la capitale provisoire du Pérou durant sa guerre d’indépendance. C’est le centre commercial de la région de “La Libertad”, on y cultive la canne à sucre et le riz. C’est de plus un centre de distribution de marchandises et compte de nombreux établissements dans le secteur du textileet alimentaire.

Bref résumé historique :

Entre les années 1685 et 1687, fut la période d’opulence de Trujillo, la cité fut entourée de murailles pour la protéger des attaques pirates. Cette cité dans les murs constitue aujourd’hui le centre historique où on trouve les anciennes maisons traditionnelles avec leurs grilles de fer forgé, les couvents et les églises, places et rues sont des témoignages de ses vieilles racines. C’est une ville sévère et bourgeoise, coloniale et républicaine, où on trouve le luxe et la coquetterie sont habituellement mélangés.
Trujillo fut la première ville importante du Pérou qui proclame son indépendance du joug espagnol le 20 décembre 1820.
Jusqu’à la moitié du XX siècle, la richesse de ce peuple résultait de la production et de l’exportation de ses produits agricoles, et depuis lors, a commencé l’industrialisation et le commerce ; aujourd’hui prédomine la production agricole de la canne à sucre, du riz, des asperges, l’agro-industrie et la production de chaussures. Actuellement c’est l’une des villes les plus importantes du Pérou.
À proximité de la ville, on trouve de nombreux et merveilleux sites archéologiques, héritages de plus de 12000 ans du peuple péruvien à travers les cultures Cupisnique, Salinar, Viru, Mochica et Chimu. On remarque tout particulièrement la citadelle de Chan Chan, déclarée patrimoine archéologique de l’humanité par l’UNESCO.
Trujillo est fameux pour les traditionnelles célébrations du concours de chevaux du «Paso Peruano». Démonstration et concours de petits chevaux de totora, Biennal d’art contemporain et festival international de ballet, pour cette raison, on l’appelle aussi la «capitale culturelle du Pérou».
Huanchaco, un pittoresque centre balnéaire et un site de pêcheurs. On peut aussi y trouver l’opportunité de connaitre les petits chevaux de totora, du même type que ceux utilisés par les «mochicas» durant le III siècle.
Trujillo et Ica, se disputent le titre de posséder les meilleurs élevages de fameux chevaux de manèges péruviens.

Principaux centres d’intérêts de Trujillo.

“Plaza Mayor” de Trujillo
Par ordre de Diego de Almagro, Martín de Astete a dessiné cette place comme centre de la ville. Dans la partie principale de la “Plaza Mayor”, on peut observer le monument de la liberté, une sculture barroque en marbre, oeuvre de l’allemand Edmundo Muller.

Église de la compagnie de Jésus.
Située au croisement de la rue de l’indépendance et de la rue Almagro ; construite en 1640, renferme les peintures murales du jésuite Diego de la Puente.

Église Saint Dominique.

Au croisement de la rue Pizarro et de la rue Bolognesi ; temple d’architecture unique qui possède deux tours jumelles et conserve un portrait de la vierge du rosaire.

Église de belem
Située à l’intersection des rues Almagro et Ayacucho.
Sa construction a commencé en 1680 et se termine en 1708. Elle a été construite avec des structures de briques traditionnelles. La porte de la façade est marquée par deux tours avec des piliers très anguleux. À l’intérieur, les arcs, les piliers correspondent à la tradition trujillienne du XVII siècle.

La petite place du Recreo.
Situéé sur la rue Pizarro, cuadra 9.
cette ancienne placette avec son imposant porche sur le chemin de la montagne. Elle fut restaurée en 1986 et là on trouve l’ancienne fontaine où se situait originalement la “Plaza Mayor”. Là on peut admirer la réserve d’eau qui alimentait les terrasses à l’époque coloniale.

Monastère El Carmen
situé à l’ntersection de la rue Colón et de la rue Bolívar. Visites :

Édifié en 1759, c’est des plus beaux ensembles architecturaux de la ville. Il est composé d’un temple et d’un couvent avec deux cloitres.

Église saint Augustin.
Située dans la rue Bolívar 508.
Date du XVII siècle. L’autel est couvert de couches d’or et le pupitre est de style baroque

Église saint François Iglesia.
Située à l’intersection de la rue de l’indépendance et de la rue Gamarra.
Date du XVIII siècle. De style baroque, on y remarque un autel majeur, des bas reliefs de plusieurs couleurs et le pupitre. Dans la décoration on remarque en particulier les personnages de la Sainte Écriture et les passages de la vie de certains saints. Aujourd’hui, le théâtre Colñon fonctionne les locaux de ce qui fut un couvent.